Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
DE
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Une grossesse est-elle compatible avec des implants mammaires ?

L’un des premiers signes de la grossesse est le gonflement des seins. Qu’en est-il lorsque la future maman a procédé à une augmentation mammaire? Les femmes en âge de procréer se posent souvent la question de la compatibilité entre la chirurgie des seins et la grossesse.

Découvrez quelles sont les conséquences d’une opération mammaire sur la grossesse, et inversement, l’impact d’une grossesse sur la pose de prothèses mammaires.

Une augmentation mammaire est-elle contre-indiquée avant une grossesse ?

Pendant la grossesse, les seins connaissent toute une période de préparation pour remplir leur fonction nourricière et sécréter le lait maternel. C’est pour cela que dès le premier trimestre, ils gonflent et s’alourdissent sous la pression des hormones. Cette augmentation de volume des seins varie selon les femmes et la taille de leur glande mammaire.

La présence d’implants mammaires, en l’absence de coque* ou de lésions causées par la chirurgie mammaire, n’a pas d’impact majeur sur cette évolution de la glande mammaire pendant la grossesse. En effet, les prothèses sont ,en général, insérées sous le muscle pectoral, et donc derrière la glande. Il n’y a donc pas d’influence sur la grossesse elle-même.

De même, la forme des seins est certes modifiée, mais la présence de prothèses mammaires, qu’elles soient en silicone ou remplies de sérum physiologique, n’a pas d’impact sur le fœtus, puisque ces dernières sont isolées derrière le muscle et la glande mammaire.

Toutefois, comme la poitrine est modifiée par l’effet de la grossesse, il n’est pas conseillé de procéder à une chirurgie esthétique des seins lorsqu’une grossesse est prévue à courte échéance.

En effet, la chirurgie exige de pratiquer des incisions et provoque donc des cicatrices. Celles-ci, lorsque les seins augmenteront en raison de la grossesse, devront être totalement résorbées pour éviter tout étirement qui pourrait les rouvrir, ou, du moins, s’avérer douloureux.

Par ailleurs, les seins ont besoin de temps, après l’opération, pour que leur forme soit définitive. Il serait dommage qu’une grossesse vienne interférer sur leur évolution avant que les résultats de l’intervention chirurgicale ne soient atteints.

Les chirurgiens recommandent donc de respecter un délai d’au moins 1 an entre une augmentation mammaire et la mise en route d’une grossesse.

Inversement, une grossesse est-elle contre-indiquée avant la pose de prothèses mammaires ?

Une fois la grossesse, l’accouchement et l’allaitement terminés, les seins reprennent peu à peu leur forme et leur volume d’origine.

Cependant, selon la qualité de la peau de chaque femme, plus ou moins élastique, et selon l’augmentation du volume mammaire durant la grossesse et l’allaitement, les seins peuvent perdre en taille et en harmonie.

En effet, plus la prise de volume aura été importante, moins la peau est élastique, et  plus le risque de déformation des seins est élevé. On constate le plus souvent une ptôse mammaire***, parfois accompagnée d’une diminution de volume, qui peut incommoder certaines femmes et les amener à vouloir faire, soit une augmentation mammaire, soit une mastopexie (chirurgie de la ptôse), ou même les deux associées.

En l’absence d’allaitement, une chirurgie mammaire n’est envisageable que lorsque le sein a recouvré un volume et une forme stabilisés. Il est donc nécessaire d’attendre au moins 6 mois après l’accouchement. En cas d’allaitement, il faudra patienter pendant la même durée mais à partir de la fin de la lactation.

Ce délai est nécessaire non seulement pour obtenir le résultat le plus harmonieux possible en se basant sur la forme et le volume d’un sein qui n’évolue plus, mais également pour choisir l’implant mammaire le plus adapté.

Enfin, il sera intéressant pour la patiente d’évoquer ses projets relatifs à d’autres grossesses éventuelles car il pourra en être tenu compte dans le choix de la technique d’opération.

Peut-on allaiter avec des prothèses mammaires ?

Lorsque la pose de l’implant s’est faite à l’aide de techniques utilisant l’incision péri-aréolaire**, il arrive que l’allaitement soit plus compliqué en raison de l’insuffisance lactée qui en résulte (manque de sécrétion de lait).

Avec les techniques d’incision sous l’aisselle ou sous le sein (la seule que nos chirurgiens utilisent), l’allaitement est beaucoup moins compromis sauf en cas de coques mammaires*.

Il faut savoir que parfois, la petite taille de la poitrine était déjà le symptôme d’une glande mammaire insuffisamment développée, ce qui nuit à l’allaitement sans pour autant que la chirurgie n’en soit la cause.

En ce qui concerne la qualité du lait, les études démontrent que le silicone de l’implant n’a pas d’impact sur le lait maternel. C’est par ailleurs un composé courant des tétines de biberons et on le trouve également dans l’environnement (et en quantité plus importante, dans le lait industriel liquide ou en poudre).

La croissance du bébé sera toutefois à surveiller de près afin de vérifier que la jeune maman a une sécrétion lactée suffisante.

Enfin, l’allaitement peut, parfois, avoir une répercussion sur l’esthétique du sein ayant subi une augmentation mammaire mais ce n’est pas le plus fréquent. La perte de résultat de la chirurgie dépend de nombreux autres facteurs comme la taille de la glande mammaire, le choix de la prothèse et les fluctuations de poids.

Dans tous les cas, avant ou après la grossesse, il est important d’aborder avec le chirurgien plasticien les projets de la patiente afin de faire le choix des implants mammaires et de la technique les plus adaptés.

Aujourd’hui, c’est près de 2 millions d’opérations avec pose de prothèses mammaires qui sont pratiquées dans le monde chaque année.

Si vous avez d’autres questions, n’hésitez pas à nous contacter via notre formulaire.

* coque mammaire : réaction inflammatoire du corps quand on lui insère un corps étranger. Le sein devient alors dur et douloureux.

** incision péri-aréolaire : incision autour de l’aréole, la zone rose du sein.

*** ptôse mammaire : affaissement des seins avec l’aréole, la partie rose, dirigée vers le bas

Picture of Dr Stéphane de Buren

Dr Stéphane de Buren

Le Dr Stéphane de Buren est le directeur et fondateur de Novacorpus. Il est reconnu comme l’un des meilleurs spécialistes européens du tourisme médical, avec plus de 25 ans d’expérience de la médecine et plus de 11 dans le domaine complexe de la chirurgie à l'étranger.

Picture of Dr Stéphane de Buren

Dr Stéphane de Buren

Le Dr Stéphane de Buren est le directeur et fondateur de Novacorpus. Il est reconnu comme l’un des meilleurs spécialistes européens du tourisme médical, avec plus de 25 ans d’expérience de la médecine et plus de 11 dans le domaine complexe de la chirurgie à l'étranger.

Voir d'autres articles

Position de l’implant mammaire : le choix du dual plan

Les patientes qui ont recours à la chirurgie esthétique pour une augmentation mammaire souhaitent avoir une poitrine, certes plus grosse, mais bien galbée et la plus naturelle possible aussi bien au niveau de sa forme qu’au toucher.

Les chirurgiens partenaires de Novacorpus sont particulièrement attentifs à la qualité des implants qu’ils utilisent, mais également à la façon dont ils vont positionner ces implants.

voir plus

Augmentation mammaire : comment réagir face à une coque ?

Le mot coque est utilisé pour rendre plus simple un terme médical un peu trop technique lors de l’augmentation mammaire : en fait, la coque désigne ce qu’on appelle une « rétraction périprothétique », également nommée « contraction capsulaire ». Au départ, on assiste à une réaction normale de l’organisme quand on y insère un corps étranger tel qu’un implant mammaire : il fabrique une capsule protectrice. Or il arrive, assez rarement, que cette réaction soit excessive, déforme le sein et le rende moins souple.

voir plus

L’impact d’une opération de chirurgie mammaire sur l’allaitement

Une opération de chirurgie des seins peut mener à des difficultés de 3 ordres lors de l’allaitement : une montée de lait plus tardive, une insuffisance de la sécrétion lactée (3 fois plus fréquente chez les mères ayant subi une chirurgie mammaire) et des crevasses ou engorgements.
La plupart de ces difficultés ne constituent pas une contre-indication à l’allaitement et de nombreux autres facteurs entrent en jeu dans la réussite ou l’échec du projet d’allaiter.
Quel est l’impact d’une augmentation mammaire et d’une réduction mammaire sur l’allaitement ?

voir plus
Chirurgie mammaire

Quel soutien-gorge porter après une augmentation mammaire ?

Une augmentation mammaire provoque non seulement un changement esthétique mais aussi une véritable modification morphologique à laquelle votre corps devra s’habituer. Pour cela, il est indispensable de porter un soutien-gorge adapté après l’augmentation mammaire, et ce pendant plusieurs semaines suivant l’opération. Le chirurgien donnera comme consigne le port d’un soutien-gorge de contention, indispensable pour maintenir votre nouvelle poitrine en place.

voir plus

Quelle durée de vie pour vos prothèses mammaires ?

La durée de vie des prothèses mammaires n’est pas illimitée. Elle n’est pas fixe non plus et varie selon les patientes. Pour savoir quand il est temps de changer son implant mammaire, il y a plusieurs questions à se poser et différentes démarches à respecter.

voir plus
istanbul

2 patients rebelles…et les conséquences

Depuis 2008, Novacorpus a envoyé plus de 2000 patients à l’étranger. Dans l’immense majorité des cas, tout se passe très bien. Les deux histoires ci-dessous (qui représentent donc moins d’un cas pour mille patients) montrent que la médecine est parfois cependant pleine de surprises… Le cas d’une greffe de cheveux et d’une augmentation mammaire.

voir plus

Augmentation Mammaire: Quelles sont les garanties ?

Chez Novacopus, vous bénéficiez à la fois de la garantie du fabricant de l’implant (Mentor©) et de la garantie de notre chirurgien. Le fabricant accorde une garantie à vie sur les implants. La garantie du chirurgien s’associe à la possibilité de conclure une assurance couvrant les frais d’éventuelles complications.

voir plus
Chirurgie mammaire

Choisir des implants mammaires en toute sûreté

L’augmentation mammaire consiste à poser un implant sous la glande mammaire. 500 000 femmes en France sont porteuses d’implants mammaires, lesquels peuvent faire gagner une ou plusieurs tailles de bonnet. Choisir des implants de qualité et qui conviennent à sa morphologie est primordial, et plusieurs questions peuvent se poser à la future patiente pendant sa réflexion. Voici quelques réponses pour vous aiguiller dans votre démarche.

voir plus

Bien préparer une augmentation mammaire

Ça y est. Cette semaine, le chirurgien esthétique va pratiquer la pose d’implant mammaire que vous attendez. L’implant, en gel de silicone cohésif, a été choisi avec le médecin. Pour que tout se passe parfaitement bien, Novacorpus vous donne quelques conseils à respecter.

voir plus

Pourquoi la qualité d’un implant mammaire est-elle primordiale ?

Un implant mammaire de qualité est certifié par les autorités sanitaires européennes, il est composé de matériaux de haute qualité et a fait l’objet d’études cliniques. Le prix est affaire de qualité: évitez de choisir un implant bon marché. Notre savoir-faire et nos compétences médicales nous permettent de contrôler la qualité des implants mammaires utilisés par nos chirurgiens et répondre ainsi aux exigences de sécurité. 

voir plus
Chirurgie mammaire

Augmentation mammaire par Macrolane ou lipofilling (réinjection de sa propre graisse dans les seins). Vraie fausse bonne idée.

Les augmentations mammaires sans prothèses (par acide hyaluronique voire par transfert de graisse) sont recherchées par certaines patientes souhaitant effectuer une augmentation mammaire. En effet, le scandale des implants PIP et différentes autres raisons liées à la pose d’implants mammaires poussent les futures patientes à se diriger vers ces solutions. Cependant ces nouvelles méthodes paraissent apporter plus d’inconvénients que d’avantages. Dans la majorité des cas, nous déconseillons ces méthodes « d’augmentation mammaire sans bistouri ».

voir plus